Actu et conseils Pêche
N'hésitez plus ! L'inscription est anonyme, immédiate et gratuite.

Elle vous permettra de prendre part, vous aussi, aux échanges qui se déroulent sur "Actu et Conseil Pêche".

Vous souhaitez prendre la parole, faire part de vos expériences, donner votre avis, dialoguer avec d'autres passionnés , partager vos informations ?

Alors cliquez sur l'icône "S'enregistrer", en bas au centre de la page que vous avez sous les yeux, puis complétez les quelques informations demandées (pseudonyme, adresse électronique...) : vous pourrez alors venir immédiatement poster sur le forum.

Au plaisir de vous lire .

Actu et conseils Pêche

La pêche à la ligne est comme les mathématiques, en cela que l'on ne peut vraiment jamais l'apprendre
 
AccueilPortailFAQGalerieRechercherS'enregistrerMembresGroupesCalendrierConnexion

Partagez | 
 

 Restaurer les cours d'eau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Restaurer les cours d'eau   Lun 8 Juin - 18:48

RESTAURER : UN ENJEU ACTUEL

Bien que l’impact de l’homme sur les systèmes aquatiques ait été prépondérant tout au long de son histoire, il s’est fortement accentué depuis la révolution industrielle. Mais ce sont les aménagements
du 20ème siècle qui ont les conséquences les plus dommageables. En effet,
l'aménagement des rivières se montre peu respectueux des écoulements, de la mécanique des matériaux quels que soient les objectifs poursuivis par ces aménagements : moulins, navigation, extraction de granulats, lutte contre
les inondations, …
Cette vision du chenal canalisé, régularisé et épuré, comporte de nombreuses contradictions entre la satisfaction d'usages et le fonctionnement des milieux naturels . De plus, les aménagements n’ont pas toujours les effets escomptés et ils n’agissent qu’à une échelle locale
et non globale. Pire encore, ils peuvent engendrer l’apparition d’effets indésirables à long terme : homogénéisation du milieu, disparition des abris, aggravation des crues et des étiages, augmentation des écarts thermiques…

L’expérience montre que l’aménagement des rivières n’a que très rarement pris en considération les équilibres écologiques, ce qui est aujourd’hui
préjudiciable à la faune mais aussi à l’homme. L’intérêt de restaurer ces sites est important afin de préserver les fonctionnalités du cours d’eau (lutte contre les crues et les assecs, autoépuration) et de maintenir les aménités* telles la biodiversité, la valeur paysagère ou les loisirs (pêche, randonnée, …). D’autre part la restauration trouve sa place au sein de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau qui fixe l’objectif du "retour au bon état écologique des cours d’eau" d’ici 2015. Si les efforts d’assainissement
ont permis une amélioration considérable de la qualité de l’eau, la qualité du milieu physique a peu été prise en compte . Or des études ont démontré que, sans récupération de la structure et de la dynamique physique, il n’y a pas de récupération biologique . Par conséquent, le retour à un bon état écologique passe par la restauration physique des rivières altérées.

Quelques chiffres :
• A l’échelle mondiale, 60 % des rivières ont probablement été régulées à la date de l’an 2000 (5).
• Environ 98% des rivières danoises ont été modifiées et 96 % des cours d’eau de Grande-Bretagne (5).
• L’altération du milieu physique par chenalisation peut s’accompagner d’une réduction de l’ordre de 80% des biomasses piscicoles .
• 5600 Kms de rivières du bassin Rhin-Meuse sont impactés par des travaux hydrauliques, soit presque la moitié du linéaire total .
• Plus de 60% des masses d’eau recensent au moins une perturbation morphologique . les ressources naturelles, le patrimoine, les traditions historiques, culturelles et sociales.


De nombreux termes sont utilisés pour décrire une intervention en vue d’améliorer l’environnement fluvial mais il n’existe pas de définition largement acceptée.
CAIRNS,1991 (7):
"La restauration est le retour structurel et fonctionnel complet à un état avant perturbation."
Ce niveau de restauration est un idéal qui est rarement mis en pratique. De plus, il est difficile de convenir sur ce qui est signifié par un retour à l’état de "pré-perturbation" puisque l’action humaine d'une manière ou d’une autre
s'est produite dans toute la majeure partie du monde Conseil National de la Recherche, États-unis, 1992

Avec quelques précisions,s'est produite dans toute la majeure partie du monde depuis la fin du Pléistocène. Conseil National de la Recherche, États-unis, 1992

En pratique,
"La restauration est le rétablissement des fonctions aquatiques à un état pré altération par la reconstruction de l’état physique, hydrologique et morphologique, par épuration des composés chimiques et par manipulation
biologique comprenant la revégétalisation et la réintroduction d'espèces indigènes absentes ou actuellement non viables."
Cette définition précise l’intérêt écologique de la démarche mais il subsiste toujours le problème de la notion de "retour à l’état avant perturbation" qui mérite d’être explicitée (quelle perturbation ? quelle échelle de temps ?).
De plus cette notion ne différencie pas la restauration active entreprise par l’Homme pour obtenir des résultats plus rapidement et restauration passive liée aux capacités naturelles de l’écosystème à retourner à des conditions
initiales.
Agence de Protection de l'Environnement, Etats- Unis, 1990 (9):

"La restauration est un ensemble de mesures entreprises pour renvoyer les ressources existantes d'habitat de poissons et de faune à un état historique moderne."
Cette définition se rapporte "à l’histoire moderne" considérant qu'il serait difficile de reconstituer des systèmes avec les conditions existantes il y a plusieurs siècles.
Cette explication se trouve en accord avec ce qui est constaté sur le terrain où, le plus souvent, il s’agit des mesures mises en œuvre pour atténuer ou compenser directement les dommages causés par le développement actuel. On peut inclure dans cette définition l’ensemble
des "mesures compensatoires" demandées à un aménageur dans le cadre des documents d’incidences

COMMENT RESTAURER ?


Quel que soit le constat initial, il convient de se poser les bonnes questions avant d’agir, l’objectif étant de savoir si la restauration est vraiment utile et s’il n’y a pas d’autres solutions envisageables.
En effet tous les écosystèmes ont une capacité innée à récupérer et reconstituer leur structure physique. Mais les processus de rétablissement peuvent prendre des décennies et les objectifs de gestion peuvent chercher un rétablissement plus rapide par restauration active. De plus, dans les systèmes moins dynamiques, ces processus sont insuffisants pour recréer les dispositifs naturels ou le feront seulement à l’échelle des temps géologiques. Dans ce cas, la restauration active peut être considérée comme la seule option. Une démarche rigoureuse doit être appliquée afin d’identifier clairement le problème rencontré, ses causes, et donc les solutions les mieux adaptées

Quelle que soit l’intervention retenue, le recours à des travaux de diversification du lit mineur est souvent nécessaire pour augmenter la qualité physique du milieu c'est-à-dire:

• son hétérogénéité: alternance de courants lents et rapides, turbulences, variations des profondeurs.
• son attractivité: sous berges, frayères, herbiers, blocs avec caches, ripisylve en contact.
• sa connectivité: longitudinale (passes à poissons, suppressions de barrages,...) et latérale (annexes hydrauliques).
• sa stabilité: équilibre des figures de dépôts et de sédimentation.
Pour cela, il existe divers types d’aménagements faisant l’objet de guides techniques. On peut citer par exemple les épis, les déflecteurs, les abris sous berges, les seuils, la pose de blocs, …

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Restaurer les cours d'eau   Lun 8 Juin - 18:51

La restauration : une démarche en plusieurs étapes


1. Analyse de la situation : état initial
La réalisation d’un état initial doit permettre d’améliorer la connaissance du milieu avant toute intervention afin de conforter les constats préalables et de mieux cerner les objectifs de l’aménagement.
Son niveau de précision doit être adapté aux caractéristiques et à la sensibilité du milieu aquatique, à la nature de l’opération, au risque d’impact et à l’objectif de suivi de l’impact
La première étape d’un état initial est de recueillir des données générales, ce qui impose le choix de descripteurs. Ces derniers doivent être pertinents et relativement simples pour être efficaces .
Pour cela on se base sur une approche par compartiments de l’écosystème aquatique afin de caractériser l’état de ses fonctionnalités
. Les 2 compartiments à étudier sont le biotope* et la biocénose* où il convient respectivement de fixer des descripteurs physiques et biologiques du milieu aquatique.
Il est important de retenir des descripteurs biologiques car ils sont sensibles aux perturbations, y répondent d’une manière prévisible, présentent une capacité d’anticipation, servent à prédire des changements modifiables par une intervention et sont intégrateurs de gradients clés .
2. Conception et réalisation du projet : état souhaité
Cette étape nécessite de définir un système de référence c’est à dire une approximation de l’état souhaitable, comme une norme choisie parmi plusieurs états alternatifs, possibles et accessibles .
Le choix d’un système de référence est fonction de l’état des ressources de l’écosystème et des usages qu’on aimerait adopter .
Il doit tenir compte des aspects techniques, juridiques et humains.
C’est pourquoi un travail en équipe et des outils d’aide à la décision (état initial) sont nécessaires.
L’étape de conception aboutit au choix de l’intervention qui s’accompagne d’une définition explicite des objectifs de la restauration comme la présence de telle ou telle espèce ou le retour de tel ou tel processus. La définition d’un objectif clair et précis est primordiale car des formulations trop vagues rendent l’évaluation des résultats impossible .
3. Suivi et évaluation de la restauration : état final
Le suivi permet d’estimer l’impact de l’action par rapport à l’état initial alors que l’évaluation doit déboucher sur un jugement de l’efficacité du projet en prenant pour référence les objectifs visés.
Dans les 2 cas, il s’agit de recueillir des données sur l’objet étudié.
De ce fait, suivi et évaluation gagnent à être conçus de concert.
Pour mener à bien cette étape, il convient d’envisager une méthodologie qui intègre la mesure des changements et qui permet de distinguer les apports des manipulations de celles des évolutions naturelles ou sous influence de facteurs anthropiques externes au site. Dans un projet type, la durée moyenne du suivi est de 5 à 10 ans. Si les normes de réussite sont atteintes, les mesures sont allégées mais poursuivies pendant 10 à 20 ans. Dans le cas inverse, le projet doit être réexaminé : soit les objectifs étaient irréalistes et sont à revoir, soit ils restent d’actualité et des
actions correctrices sont à mettre en œuvre.
Mais cette étape se heurte fréquemment à des obstacles répétitifs que sont le manque de financement, de temps et de personnel. De plus, lorsqu’un suivi est engagé, la plus grande partie du budget va à la collecte des données au détriment de la longévité du suivi. Par conséquent d’autres aspects critiques du programme s’en trouvent négligés (apports scientifiques, formation, gestion des données,communication).
*Biotope : Ensemble d’éléments caractérisant un milieu physico-chimique
déterminé et uniforme qui héberge une flore et une faune spécifique (= la biocénose).
*Biocénose : Ensemble des êtres vivants (animaux, végétaux, micro-organismes) présents dans un même milieu ou biotope.

Conception et rédaction Florent PIERRON Avec l’appui de :
David MONNIER

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
 
Restaurer les cours d'eau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MA RESTAURATION EN COURS
» Claudy et sa XT 125, restauration en cours !
» [Vidéo] Saloon-Car à Magny-Cours 2010
» Cours de géopolitique
» [30][vend]Golf cab gto gti 16s a restaurer

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Actu et conseils Pêche :: Environnement :: Environnement-
Sauter vers: