Actu et conseils Pêche
N'hésitez plus ! L'inscription est anonyme, immédiate et gratuite.

Elle vous permettra de prendre part, vous aussi, aux échanges qui se déroulent sur "Actu et Conseil Pêche".

Vous souhaitez prendre la parole, faire part de vos expériences, donner votre avis, dialoguer avec d'autres passionnés , partager vos informations ?

Alors cliquez sur l'icône "S'enregistrer", en bas au centre de la page que vous avez sous les yeux, puis complétez les quelques informations demandées (pseudonyme, adresse électronique...) : vous pourrez alors venir immédiatement poster sur le forum.

Au plaisir de vous lire .

Actu et conseils Pêche

La pêche à la ligne est comme les mathématiques, en cela que l'on ne peut vraiment jamais l'apprendre
 
AccueilPortailFAQGalerieRechercherS'enregistrerMembresGroupesCalendrierConnexion

Partagez | 
 

 Poissons d'élevages, Poissons sauvages.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le poisson d'élevage est il de qualité ?
 1 - Oui
 2 - Non
 3 - Parfois
 4 - Sans opinion
Voir les résultats
AuteurMessage
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 1 Déc - 22:12

Heureux de te revoir, tes indications sont toujours précieuses

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 2 Déc - 10:18

Bonjour la Corse.

Merci à vous de me lire.

Sujet: Re: Elevage vs sauvage Aujourd'hui à 7:52


*Le stress des méthodes industrielles.

*La pêche intensive détériore la qualité du poisson de table.
La puissance des treuils autorise l'utilisation de filets plus grands et supporte des traits de chaluts plus longs.
Dans ces conditions, il est fréquent que la poche contienne plusieurs tonnes de poissons qui s'écrasent dans la nasse pendant des heures.
A leur sortie de l'eau, beaucoup sont déjà morts par étouffement.
Or, le stress de la mort par apnée entraîne chez le poisson la sécrétion de toxiques qui altèrent considérablement le goût et la qualité de sa chair, lui donnant une consistance molle.

De même, les bateaux de pêche partent de plus en plus loin, pour des campagnes plus longues.
Le délai entre la capture et la consommation du poisson augmente et devient ausi moins "traçable" : rien ne distingue plus la daurade prise lors du premier jour de pêche de celle capturée la veille du retour au port.
Pourtant la première arrivera sur l'étal du poissonnier quinze jours après sa sortie de l'eau !

Remarque: avant d'être remontée, la poche de filet, lestée de deux masses métalliques a raclé le fond pendant trois heures.
Les prises passent parfois des heures piégées dans le filet avant d'être remontées, souvent en partie dévorées par d'autres poissons.

*Pêche en eau trouble.

*Les marées noires répétées polluent surtout les coquillages mais ne touchent qu'indirectement les poissons qui s'enfuient.
Leur habitat est mis en péril, mais le risque de trouver un poisson mazouté dans le commerce est quasi nul.
Moins médiatisée, la concentration d'autres substances chimiques qui ne cesse d'augmenter dans le milieu marin pourrait pourtant devenir dangereuse.
Les taux de dioxine par expl, en diminution sur terre, ne baisse pas sous la mer où cette substance s'est accumulée dans les sédiments qui nourrissent les poissons.
Or, ce produit de combustion est un puissant neurotoxique qui porte atteinte à nos fonctions immunitaires.
La mer Baltique a ainsi été contaminée pendant des décennies par des usines à papier rejetant de la dioxine.
Les poissons en sont tellement chargés que les Suédois recommandent aux femmes en âge d'avoir des enfants d'éviter de manger du poisson plus d'une fois par semaine.

La concentration de métaux lourds tels que le cadmium ou le mercure ne cesse d'augmenter dans certaines mers du globe.
Ils s'accumulent dans la chair du poisson, et les contrôles effectués par la
DGAL (direction générale de l'alimentation) révèlent régulièrement leur présence, dans certains produits importés (espadon, thon, marlin, requin par exemple).
Les niveaux constatés seraient inoffensifs.
Mais l'abaissement du taux maximal de cadmium tolérable, par le comité de surveillance permanent des denrées alimentaires, montre que nous connaissons encore mal les effets de certains polluants.
Une chose est sûre en revanche: la pollution chimique empoisonne de plus en plus le poisson sauvage.

*Remarque:Belle-île a subi une marée noire nettoyée par les habitants eux même.
*Les pêcheurs sont loin d'être les seuls à vider la mer: l'urbanisation débridée du littoral détruit aussi les habitats du poisson.
*Même loin des côtes et à 300 m de profondeur, sacs en plastique, cannettes et bouteiles en plastique arrivent en quantité dans le filet.

*Infections.

D'inédites intoxications alimentaires, souvent inconnues des médecins, font leur apparition en France depuis que les poissons tropicaux ou cuisinés crus comme au Japon, en sushis ou sachimis, sont à la mode.
Parmi celles diagnostiquées ces dernières années, on recense en particulier deux cas de ciguareta:cette grave infection alimentaire venue de poissons tropicaux, provoque des troubles gastriques et neurologiques
pouvant durer des années (cinquante mille victimes par an dans le monde ).
Malgré des règles d'importation extrêmement strictes en France, ces risques viennent en partie du fait que la distribution mondiale des produits alimentaires a multiplié les circuits d'importation et considérablement compliqué la surveillance sanitaire.

Quant aux dizaines de cas d'anisakiase, ils sont dus à la consommation de poisson cru.
Ce parasite véhiculé par de petites larves qui infestent le maquereau, la morue, le merlan, et surtout le hareng, peut aussi causer des dommages importants comme une péritonie ou une occlusion intestinale.
Que faire pour se protéger de ces dangers ?
Tout d'abord, ne jamais tenter de cuisiner soi-même des recettes exotiques sans s'être assuré auparavant de l'origine du poisson et de son mode de préparation.
Être également intraitable sur le choix d'un restaurant: celui-ci doit être reconnu pous son expérience et suffisamment fréquenté pour le bon renouvellement du poisson.

à suivre.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 2 Déc - 11:17

je ne connaissais pas voici ce que j'ai trouvé

L' ANISAKIASE

Les larves d'ANISAKIS peuvent infester certains poissons (hareng, maquereau, sprat, saumon, morue) . L'ingestion de ces poissons crus, mal cuits, marinés, fumés ou salés, peut provoquer une maladie parasitaire. Signalons que la congélation à moins 20 degrés pendant 24 heures évite tout risque.

Le pays le plus touché est le Japon où les habitudes culinaires font consommer le poisson cru.

SYMPTOMES :
8 à 12 heures après l'ingestion se produit une douleur épigastrique (creux de l'estomac) intense, récidivante. Cette douleur peut céder d'elle-même en quelques jours. Nausées et vomissements sont présents dans 1/3 des cas, une diarrhée dans 10% des cas.

L'ingestion peut cependant ne donner aucun signe au début, les douleurs n'apparaissant qu'au bout de quelques jours (une semaine en moyenne) .

Dans ces cas-là, le diagnostic est difficile. Un tableau occlusif peut se manifester, un syndrome appendiculaire également.

Le diagnostic sera suspecté après l'interrogatoire qui révèlera l'ingestion de poisson ou de calmar crus ou mal cuits.

La fibroscopie gastrique dans les heures ou les jours qui suivent l'ingestion de poisson cru permet de visualiser le parasite fixé sur la muqueuse gastrique et de l'extirper.

TRAITEMENT :
Le traitement médical repose sur l'administration d'albendazole (zentel), à la dose de 400mg par jour (1 comprimé / jour) .
Ce traitement étant réservé aux formes diffuses ou allergiques de la maladie.

PREVENTION :
La prévention repose sur l'ingestion de poissons cuits à coeur à 60 degrés au moins ou après congélation à - 20 degrés pendant 24 heures au moins.

Aux Pays-Bas, l'obligation légale de la congélation des harengs a réduit considérablement l'incidence de l'ANISAKIASE

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 2 Déc - 21:04

a donne a réfléchir tous ça !!!

bon boulot !!

@+
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 3 Déc - 11:54

Merci pour ses infos Dumé :genius1:

Salut la Corse.

Sujet: Re: Elevage vs sauvage Aujourd'hui à 7:48

--------------------------------------------------------------------------------

Aujourd'hui la surpêche:
Les poissons menacés de disparition.

*L'état des réserves halieutiques.

*Selon la FAO (Food and Agriculture Organisation), la moitié des réserves halieutiques mondiales sont complètement épuisées et, pour un autre quart soufent de surpêche.
A titre de comparaison, le ravage des fonds marins est bien plus grave et insidieux (car invisible) que les dégradations des écosystèmes terrestres: la pêche a dévastée la majorité des plateaux continentaux peu profonds, tandis que de vastes étendues de forêts et milieu naturel restent intactes.

Estimées à 5 millions de tonnes par an à la fin du XIXe siècle, les prises de poisson à l'échelle planétaire ont plafonné à 86 millions de tonnes à la fin des années 1980.
Depuis elles diminuent non pas en raison d'une réduction de la pêche mais
parce que les stocks ont bel et bien atteint leurs limites.
Entre-temps, les réseaux alimentaires marins de l'Atlantique nord ont été profondément modifiés: après avoir décimé les populations de poissons carnivores situées au sommet de la chaîne alimentaire, comme la morue
(cabillaud) et le mérou, on est descendu d'un rang pour pêcher leurs proies, des animaux plus petits tels que les capelans ou les harengs.
Aujourd'hui, la quantité disponible de ces petits poissons, souvent transformés en aliments (farines, huiles) pour l'aquaculture ou l'agriculture, ne suffit déjà plus à satisfaire la demande...Conséquence: la pression augmente !
Les pêcheurs font des prises de plus en plus petites avec, dans leurs filets, des poissons de plus en plus jeunes, ce qui met en péril certaines espèces.
On considère d'ailleurs que 60% des stocks de poissons mondiaux sont à leur limite d'exploitation.

*Remarque: Les ressources diminuent, alors que la demande aurait plutôt
tendance à augmenter.
Que faire ?
Avec 29 kg de poissons par habitant et par an, les franais consomment plus de produits de la mer que de volaille.

*Les espèces menacées.
*Les scientifiques s'inquiètent particulièrement pour certains poissons:
*Le cabillaud.

En 1981, on recensait six fois plus de cabillaud qu'aujourd'hui: en 20 ans,
la quantité pêchée est passée de 335 000 à 60 000 tonnes par an.
Actuellement, la proportion de cabillauds pêchés trop jeunes représente 80 à 95% des captures.

*Le merlu.

Dans les années 1960, l'Europe en pêchait 140 000 tonnes.
Quarante ans plus tard, on atteint difficilement les 35 000 tonnes.

*L'espadon.

L'exploitation intensive de ce poisson le met en danger.
Aujourd'hui, il ne pèse en moyenne que 45 kg: trois fois moins que dans les années 1960.

*La langoustine, le merlan, la baudroie, la sole, l'églefin.
Ces espèces enregistrent depuis quelques années une baisse des prises qui témoigne d'une pêche excessive.

*Le thon rouge, la lotte, le mérou.

Ils arrivent aussi à un seuil critique.
Le thon en particulier: on autorise sa capture à partir de 6,5 kg, alors qu'il doit peser en moyenne 30 kg pour arriver à maturité.
Résultat, la majorité n'a pas le temps de se reproduire.

*Le requin, le marlin, la raie.

Avec un taux de fécondité faible, ces poissons sont particulièrement vulnérables et pourtant pêchés en grande quantité.

*Le grenadier, l'empereur.

Les pêcheurs vont chercher de plus en plus loin, dans les grandes profondeurs, ces espèces devenues fragiles.

*Remarque: L'espadon une espèce menacé et pourtant commercialisé.
Sur une plage des Caraibes, ces casiers à langoustes se remplissent de plus en plus difficilement mais les touristes demandent toujours ce plat, au mépris de l'environnement.
à suivre.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 3 Déc - 14:52

En Corse le mérou est protégé pas de pêche sous marine

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 3 Déc - 14:59

bon jour la Corse.

Salut Dumé.

Quand même une bonne nouvelle, car aujourd'hui le poisson n'est pas épargné par ceux qui le pêche que ce soit amateurs ou pros.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Sam 6 Déc - 10:58

Salut la Corse !

Salut à vous

Si vous le voulez bien , je vais continuer ce que j'ai commencé sur en savoir plus.

*Des bateaux armés jusqu'aux dents.

*Le combat entre l'homme et le poisson est devenu trop inégal: dès les années 1960, de nouvelles techniques ont augmenté considérablement l'impact de la pêche.
Les bateaux sortent plus longtemps et pêchent mieux qu'avant: les radars leurs permettent de naviguer sans visibilité et ils peuvent rester jusqu'à 14 jours de suite en mer.
Les sonars détectent les poissons profonds, les aides électroniques à la navigation et les dispositifs de positionnement par satellite (GPS) permettent aux marins de quadriller la mer avec une haute précision.
Une fois repéré, le poisson n'a aucune chance: certains navires de pêche industriel sont équipés de lignes flottantes de plus de 150 km de long, garnies de milliers d'hameçons.
D'autres emploient des chaluts si gros qu'ils pourraient contenir douze avions.

Des sondeurs sont posés dans les filets et d'autres instruments guident le poisson au fond du chalut.
Certains pays utilisent encore des filets dérivants longs de 75 km.
Le poisson peut-il se refugier plus loin des côtes? Non: la puissance des moteurs a été décuplée et les bateaux partent de plus en plus loin chercher leurs proies.
De telles usines flottantes saccagent les fonds marins.
Résultat:durant les deux dernières décennies, les poissons les plus appréciés ont été prélevés plus rapidement qu'ils ne sont reproduits et les dégâts sur les écosystèmes marins pourraient se révéler irréversibles:evil:

*Dégâts collatéraux.

Près d'un tiers du volume total de la pêche mondiale, soit trente millions de tonnes de poissons, est rejeté à la mer chaque année.
Individus trop petits,espèces non commercialisables, la plupart de ces captures accidentelles meurent.
Les filets dérivants, de même que les chaluts qui draguent le fond des océans, pêchent encore trop souvent tout et n'importe quoi:evil:
Au cours de certaines campagnes, les prises accessoires sont même plus importantes que les poissons recherchés.
Ainsi, en une année de pêche, dans le détroit de Béring, les pêcheurs peuvent rejeter jusqu'à 16 millions de crabes royaux pour n'en garder que trois.
Quant aux chalutages de crevettes, ils produisent plus de pertes que n'importe quel autre type de pêche.
A eux seuls, ils gaspillent plus de 10 millions de tonnes de ressources par an !
Les quantités rejetées représentent une à huit fois celles des crevettes.
surcroît, la plupart de ces "captures accessoires" n'étant pas déclarées, on sous-estime vraisemblablement l'ampleur du gaspillage.
Difficile également d'évaluer l'impact de la pêche sur l'habitat des poissons: on sait par exemple que, aux Philippines, environ 70% de récifs coralliens ont été détruits par la pêche à l'explosif, alors que les poissons coralliens constituent la nourriture esentielle de plusieurs espèces.

Ce saccage n'épargne pas non plus les animaux terrestres: plus de quarante mille albatros se font prendre chaque année par les hameçons.
Ils se jettent sur les calmars utilisés comme appâts sur les lignes flottantes.
Ainsi, six des quatorze espèces d'albatros sont aujourd'hui menacés.
Ces constats amers s'accompagnent d'actions et d'améliorations technologiques destinés à réduire le gaspillage (voir vers une pêche durable.
Cela dit, de nombreux pays ne font que reporter leur gaspillage dans les eaux de pays voisins.
Souvent plus pauvres, ces derniers sont réduis au silence par une
aumône

*Colonialisme balieutique.

*Les ressources de la mer du Nord étant presque épuisées, les pêcheurs européens jettent leurs filets dans les eaux africaines.
Suite à des accords conclus par l'Union européenne avec quatorze pays d'Afrique.
Plus de trois cent bateaux européens ont déjà l'autorisation de pêcher de la Mauritanie à la Guinée-Bissau.
Or, il n'existe pas de quotas de pêche sur ces zones.
Les européens achètent donc à bas prix le droit de puiser dans les ressources de pays pauvres
Ajoutons que les flottes européennes qui créent une concurrence déloyale
sont en plus grassement subventionnées par leurs Etats.

*Hors de chez elle, l'Europe trahit ses propres principes écologiques: la plus grande partie de l'activité au large des côtes africaines porte sous la pêche au chalut de fond, tout près de la côte, du bar, du poulpe et d'autres espèces faisant l'objet d'une surpêche.
Et ce n'est pas près de cesser:en renouvelant son accord avec la Mauritanie.
L'Europe offre une place encore plus importante à ce type de pêche, faisant passer le nombre maximal de bateaux de cinquante à cinquante-cinq.
Parfois ce manque de respect environnemental s'accompagne d'une indifférence totale concernant les conditions de travail: aux Seychelles, le thon abondamment pêché pour le compte de riches compagnies occidentales est souvent mis en conserve par des ouvriers traités sans aucun respect.
Cela n'empêche pas les distributeurs européens et américains d'écouler ce poisson en grande quantité dans les rayons de nos supermarchés.

PS: des abus et des profits, il y en a toujours eu dans tous les domaines,
aux dépends des petits pays qui n'ont plus qu'à s'incliner et fermer leurs
gueules .

kim.
Revenir en haut Aller en bas
maitredejeu



Nombre de messages : 7050
Age : 60
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Sam 6 Déc - 12:26

C'est vraiment désolant
Revenir en haut Aller en bas
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Sam 6 Déc - 17:54

oui vraiment incroyable !!!!!!!

merci kim

bon bouleau
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Sam 6 Déc - 20:31

:merci: kim pour toutes ces informations , qui j'espère sensibiliseront un maximum de personnes

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Dim 7 Déc - 11:30

Bonjour la Corse.

Au sujet de la disparition des poissons, du gaspillage, de la surpêche et du profi de certains qui s'en mettent pleins les poches.



Voici quelques infos + vidéos, en l'attente que je vous mette d'autres réalités sur le combat entre l'homme et le poison.

http://prixreportage-drupal.web2.rue89.com/reportage/sauvons-les-poissons


Attendez un peu que la page s'ouvre .

Bonne fin de week-end !!

kim.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
maitredejeu



Nombre de messages : 7050
Age : 60
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Dim 7 Déc - 14:48

Très bien cette video , prenons en de la graine
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 9 Déc - 11:40

Sujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages. Aujourd'hui à 9:23

--------------------------------------------------------------------------------



Encore une petite couche sur vers une pêche durable.

*Cesser le gaspillage des espèces commerciales.

*Que faire pour sauver les espèces en voie de disparition et restaurer les ressources humaines ?
La logique impose une réduction ou même une interdiction momentanée de la pêche des espèces les plus menacées.
En effet partout où les stocks ont été protégés assez tôt, les gisements se sont reconstitués grâce à une gestion rigoureuse: c'est notamment le cas du bar qui a repeuplé le côte est des Etats-Unis.

Ainsi, l'Europe tente d'appliquer une politique de quotas qui limite la capture de certains poissons.
Mais ces mesures se heurtent à une réalité complexe.
Elles sont acceptées à contrecoeur par les pêcheurs.
Difficile par exemple, de limiter la pêche de certaines espèces seulement: le cabillaud est pêché avec d'autres poissons et, si un navire a épuisé son quota de cabillaud, il va continuer de pêcher les autres espèces en rejetant à la mer, mort ou blessé, le cabillaud pris dans ses filets.
Le gâchis reste le même.
Par aileurs, ces restrictions spécifiques s'avèrent presque impossibles à contrôler.
Les écologistes préconisent donc une limitation globale de l'effort de pêche (nombre de jours passés en mer), ce qui est à la fois plus facile à vérifier et plus réaliste: la surpêche à des répercutions sur tout un écosystème qu'il faut protéger plus généralement.

Cependant, la pêche est généralement au centre d'un tissu économique fragile:<<Arrêter la pêche ou la réduire de 80% comme le propose Bruxelles, c'est condamner Boulogne-sur-Mer à un déclin irrémédiable !<
prévient un Boulonnais.
La ville a investi 150 millions d'euros depuis dix ans pour moderniser son port.
Sans parler des pêcheurs qui remboursent de gros emprunts pour payer leurs bateaux.
Dans ce cas, pourquoi ne pas supprimer, les subventions accordées aux flottes de pêche, et les consacrer à une reconversion inéluctable ?
Pour pêcher 53 milliards d'euros de poissons, l'industrie halieutique mondiale dépense 95 milliards par an.
L'essentiel du déficit de 42 milliards d'euros est comblé par des subventions censées maintenir l'emploi au mépris de l'environnement.
Cet argent ne serait-il pas mieux employé dans une reconversion générale de certaines régions ? Rien n'est moins sûr: cette solution ignore notamment la pénurie de diplôme et de formations autres que la pêche dans de nombreuses villes portuaires.

Aujourd'hui, pendant que le débat s'enlise, le compte à rebours des espèces en danger s'accélère.
Mais nous consommateurs, sommes aussi responsables: le poisson est pêché d'abord parce qu'il se vend.
Et il est posible de ne pas acheter les espèces menacées.

*Remarque, la baisse importante des ressources halieutiques dans certaines mers pourrait imposer de retenir les bateaux à quai le temps que les espèces menacés se repeuplent.
*Affaiblir l'environement ou détruire des emplois ?
A trop attendre, la question ne se pose plus.
*Que voient les pêcheurs à l'horizon ?
Des difficultés incontournables.

*Est-il déjà trop tard ?

*L'essentiel d'une politique environementale radicale existe: face aux tarissements des gisements de cabillaud dans les eaux du Québec, en 1992, le gouvernement fédéral d'Ottawa a mis en place le "moratoire de Terre-Neuve" qui suspendait totalement la pêche de ce poisson afin d'en restaurer les stocks.
Celui-ci a duré cinq ans, entraînant le licenciement de trente mille personnes et poussant à l'exil 10% de la population.
Malgré ces sacrifices, le résultat est un échec cuisant.
Les scientifiques sont formels: les stocks ne sont pas reconstitués et, dans certaines zones, ils continuent même à décliner !
La pilule est difficile à avaler pour les pêcheurs québécois qui cherchent un bouc émissaire: on trouve pêle-mêle le réchauffement climatique, la pollution de l'eau et le phoque du Groenland qui serait un prédateur pire que l'homme.
En réalité, le moratoire aurait dû intervenir dix ans plus tôt.
Fort de cette expérience, le ministre de la pêche de Terre-Neuve, Gerry Reid, suggère d'ailleurs à l'Europe de réagir vite, s'il n'est pas déjà trop tard...

*Limiter le gaspillage.

*Restreindre la pêche des espèces commerciales se révélera insuffisant si,
par ailleurs, on ne réduit pas les "prises accessoires", source d'un grand gâchis.
Certains pays comme l'Australie ou l'Islande n'ont pas hésité a augmenter la taille des mailles des filets pour épargner les poissons trop jeunes.
Et quand les bateaux rapportent trop de juvéniles, on impose alors de changer de lieux de pêche.
De même, la capture de tortues de mer dans les chaluts à crevettes a été réduite par un dispositif qui dirige les tortues vers une ouverture d'échappement.
Cela dit, en y regardant de plus près, limiter le gâchis n'est toujours pas facile.
Autrefois, quatre cent mille dauphins étaient capturés accidentellement par les pêcheurs de thon du Pacifique.
Pour éviter ce carnage, ils ne mouillent plus leurs sennes (filet replié comme une poche dans laquelle on puise le poisson) à proximité des bancs de dauphins, mais autour de troncs d'arbres dérivants ou d'autres épaves flottantes.
Cette technique employée depuis 1990, a divisé par cent le nombre de prises de dauphins !
Malheureusement, cette nouvelle méthode multiplie les dégâts sur les autres espèces: pour 1000 coups de senne, on dénombre 650 espadons au lieu de 50 avant, une centaine de tortues au lieu de 10 seulement, et près de 14 000 requins alors qu'aucun n'était pris avec la technique précédente...
On ne fait donc que reporter les prises accessoires d'une espèce sur l'autre sans régler le problème.
Malgré les moyens technologiques qui permettent de mieux cibler le poisson, force est de constater que les captures <accidentelles< restent dificiles à éviter.
Seule une baisse de l'effort de pêche semble-t-il, serait apte à réduire de manière significative ce gâchis encore immense.

*Remarque, dans le filet, petites langoustines et crevettes.
La pêche à la crevette est l'une des plus destructives.
*Certaines pêches ne font aucun gaspillage et respectent mieux la nature
C'est le cas des ligneurs.

kim;)


Les ligneurs, ce sont des homes (de bons marins) qui vont pêcher en général le bar sur les récifs pat tous les temps seul sur leur bateu.

Ceux là, ne font pas de mal aux poissons, étant donné qu'ils ne se servent que de leurs mains pour pêcher.
Revenir en haut Aller en bas
maitredejeu



Nombre de messages : 7050
Age : 60
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 9 Déc - 11:50

j'ai vu des reportages sur les ligneurs ils sont très courageux n° one par mauvais temps : champion : près des récifs :;d2:
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Jeu 11 Déc - 10:30

Sujet: Re: Elevage vs sauvage Aujourd'hui à 8:08

--------------------------------------------------------------------------------

Bonjour à vous la Corse !

*Voici quelques critères qui permettent d'acheter un poisson à la fois savoureux et de bonne "qualité environnementale".

*Consommation responsable.

Êtes-vous prêts à renoncer à certains poissons pour protéger la nature?
Alors faites entendre votre voix en effectuant des achats responsables.
Plusieurs solutions s'offrent à vous.

*Sélectionner uniquement des espèces dont les stocks ne sont pas menacés.
Il vaut mieux éviter le cabillaud, le merlu, le merlan, l'espadon, l'empereur, le grenadier, la raie, la sole, l'églefin, le marlin et le requin.
De même mieux vaut se dispenser de manger des gambas et des grosses crevettes.
En revanche, on peut encore consommer sans problème de la sardine, du maquereau, du sprat, du hareng, du bar de ligne, du thon germon ou du rouget barbet pêché dans la Manche (liste non exclusive).

*Eviter d'acheter des individus trop petits.

Certains poissons présentés sur les étals n'auraient pas dû être pêchés: ils sont trop jeunes et n'ont pas eu le temps de se reproduire.
Mais rien n'interdit leur capture et leur vente.
Ainsi, on autorise la capture de thon rouges de 6,5 kg, alors qu'ils doivent peser en moyenne 30 kg pour arriver à maturité.
Résultat 99% des prises de thon dans le Golfe de Gascogne concernent des bébés immatures.
Donc, si vous consommez du thon rouge, n'achetez que des morceaux coupés dans des pièces suffisamment grosses.
De même, il faut éviter les petites soles, les petites langoustes, les petites morues et les civelles (bébés anguilles).

*Choisir le label MSC.

En 1996, la WWF et le groupe industriel Unilever ont créé un nouvel organisme internationnal baptisé le Marine Stewardship (MCS).
Objectif: créer un label afin d'encourager les pêcheries qui n'épuisent pas les ressources.
Pour obtenir ce label, elles doivent se conformer à des règles de pêche durable très strictes: les méthodes de capture et les quantités pêchées doivent respecter la continuité des espèces.
Ainsi, le consommateur peut acheter en toute conscience le poisson estampillé MSC.
Pour l'heure, à peine une dizaine de produits (harengs de la Tamise, langouste d'Australie, hoki de Nouvele-Zélande, saumon d'Alaska...) sont libellisés et vendus dans sept pays par de grosses enseignes comme Migros, Marks et Spencer, Tesco ou Sainbury's.
En France, on trouve du filet de hoki vendu par Iglo et intermarché.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
L'anguille



Nombre de messages : 7262
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Jeu 11 Déc - 11:48

Citation :
Êtes-vous prêts à renoncer à certains poissons pour protéger la nature?

Sélectionner uniquement des espèces dont les stocks ne sont pas menacés. Il vaut mieux éviter le cabillaud, le merlu, le merlan, l'espadon, l'empereur, le grenadier, la raie, la sole, l'églefin, le marlin et lerequin.

Je suis entièrement d'accord

Citation :
De même mieux vaut se dispenser de manger des gambas et des grosses crevettes.

là un peu moins car on trouve ces crevettes élevées dans des bassins dans les pays asiatiques par exemple
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Jeu 11 Déc - 12:10

Salut l'anguile.

Il est sûr qu'il y a des produits qui nous intéressent plus que d'autres!
Mais le problème est, est-ce de bons poissons ou de crustacés (fruits de mer?

La question se pose, surtout à présent, avec tout ce qu'on entend, tout ce qui est dit sur la faune de nos océans.

Maintenant, à nous de voir côé (prévention santé)

Comme tout est touché, ils nous restent pas grands choses à déguster.
C'est plutôt triste d'être en arrivé là, et ce n'est pas finit si on veut rien entendre afin de trouver ce qui pourrait sauver la pêche !!

kim.
Revenir en haut Aller en bas
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Jeu 11 Déc - 12:18

oui si l'humanité ne percute pas vite

après il seras trop tard si cela ne l'est pas déjà

le film mâles en peril (féminisation des espèces ) le montre bien !!

si il n'y avais que le probleme de la pêche !! mais hélas y'as d'autre probleme qui devrait attirer aussi notre attention !!
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 15 Déc - 11:05

Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.
par kim du 22 Aujourd'hui à 8:29

Sujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages. Aujourd'hui à 8:21



Salut la Corse :genius1:

*La fraîcheur et la qualité est un choix primordial pour nous consommateurs.

Vous allez me dire, comment choisir un bon poisson.

*Méthodes intensives et risques alimentaires incitent les consommateurs à une exigence qui dépasse les normes jugées parfois insuffisantes.
Ainsi les marques de qualité telles que <Bretagne Qualité Mer<, Fraîcheur du Littoral Haut Normand<, Filière Opale<, et d'autres encore assurent le respect de plusieurs critères supplémentaires:

*Un trait de chalut (temps où le chalut est immergé) limité dans le temps, pour ne pas abimer les poissons;
*Un tri des poissons sur le bateau pour éviter les mélanges entre espèces;
*Un glaçage des poissons immédiat et régulièrement refroidi;
*Une sélection des meilleurs poissons à bord ou au moment de la criée;
*Une étiquette assurant une traçabilité plus précise;
nom du bateau, du patron pêcheur, date et heure de pêche;
*La vente au premier acheteur en moins de trois jours (parfois en moins de vingt-quatre heures);
*Le tout étant contrôlé par un organisme indépendant.

Seules certaines de ces marques sont identifiables sur les étalages (<Bretagne Qualité Mer, Fraîcheur du Littoral Haut Normand,).
Les autres ne se différencient qu'au début de la chaîne: elles constituent une garantie pour les marayeurs.

En plus ces critères sanitaires, le Label Rouge offre des garanties gustatives au consommateur final.
La sardine est le premier et le seul poisson sauvage à avoir obtenue cette sistinction récente pour les produits marins.
Préparées à l'ancienne, les sardines à l'huile de Saint-Gilles-Croix-de-vie font l'objet d'un cahier des charges draconien que la conserverie Gendreau doit respecter à la lettre.
Seuls certains bateaux sont agréés pour pêcher cette sardine sans l'abîmer
Elle est triée à la criée, coupée et cuite dans la journée suivant la pêche, et mise en boîte dans les vingt-quatre-heures qui suivent la cuisson.
Malheureusement, ces différents signes de qualité ne représentent que 5%
de la marchandise.
Et si, plus généralement, le poisson est mieux contrôlé, son environnement
lui, se dégrade, ainsi que les méthodes de pêche, ce qui nuit souvent à la qualité de sa chair.

*Un expl: prenons un lieu étiqueté (Bretagne Qualité Mer) prouve qu'il à bien été pêché à la ligne.
*A peine vidé, le poisson estampillé par le pêcheur, sur le pont du bateau.

*Conseils pratiques.

Voici quelques recommandations pour choisir un poisson de qualité.

*Le poissonnier.

Les étals de votre poissonier doivent être réfrigérés et le poisson présenté sur un lit de glace importante.
Un glaçage insuffisant ou des poissons entassés les uns sur les autres entraîneroneraient un réchauffement de la marchandise et une rupture de la chaîne du froid qui peut nuire à la qualité sanitaire des produits.
Quelle que soit sa présentation (fraîs congelé...) veillez également au bon étiquetage du poisson: la méthode de la production (élevage ou sauvage) et la zone de pêche ou d'élevage doivent être indiquées.
Depuis février 2002, vous avez droit à ces renseignements minimaux parfois absents, notamment sur certains marchés.
Demandez- les le cas échéant.

*Le choix du poisson.

*Quelques indices visuels, olfactifs et tactiles permettent de vérifier la fraîcheur du poisson.

*Le mucus.

Cette couche visqueuse qui recouvre la peau doit être transparente.
Si elle est jaunâtre et épaisse, le poisson n'est pas de première fraîcheur.

*La pigmentation.

Elle doit être chatoyante: méfiez-vous des poissonniers qui arrosent fréquemment leurs étalages et des éclairages trop intenses qui accentuent le brillant des produits.

*L'odeur.

Un poisson frais ne "sent" pas et n'a pas l'odeur d'ammoniaque.

*La tenue de la chair.

En saisisant le poisson par la tête, le corps doit rester bien horizntal.
S'il s'affaisse, le poisson n'est pas frais.
Pour les pièces plus grosses, on peut mesurer l'élasticité de la chair en pressant avec un doigt sur la masse musculaire: la marque doit disparaître
rapidement.

*L'oeil et les branchies.

L'oeil doit être bombé et présenter une pupille noire et brillante.
Les branchies doivent aussi être brillantes et colorées.

*L'anus.

Situé sous la nageoire caudale, il doit être fermé.
D'autres critères sont plus spécifiques à certaines espèces.

*Les poissons ronds (sardines, harengs, anchois...)

La zone de la tête devient de plus en plus rouge au fur et à mesure que le poisson perd de sa fraîcheur.
Le rouget barbet, l'un des poissons les plus fragiles, s'altère en quelques heures.
Lorsqu'il n'est plus de la première fraîcheur, sa couleur pâlit et sa paroi abdominale se perce très facilement, laissant échapper les viscères.

*Les poissons plats (sole, limande, raie... )

La face aveugle doit être blanc rosé et non jaunâtre avec des taches brunes au niveau des viscères.
La peau bien adhérente et non fripée ne doit pas se décoller au niveau des nageoires.
Pour les poissons, la paroi abdominale donne aussi une indication: elle doit être noirs et adhérente.

Voilà, de sages conseils à mettrent en pratiques, surtout que nous arrivons dans la période des fêtes.

Perso: je sais trop ce que c'est un empoisonnement du non pas à un poisson mais à des fruits de mer telle que la "moule" ça vous laisse un très mauvais souvenir.

J'arrive à la fin de ce en savoir + et j'espère que tout ce que vous aurez lu
et appris vous sera utile.
Qui sait, peut-être demain

Le dernier chapitre à suivre.

kim. :genius1:
Revenir en haut Aller en bas
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 15 Déc - 20:06

bon bouleau kim

@+
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
maitredejeu



Nombre de messages : 7050
Age : 60
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 15 Déc - 20:14

j'ai appris des choses , notamment que l'anus était important (çà je le savais) mais pour connaître la fraicheur d'un poisson çà je l'ignorais
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 16 Déc - 10:51

Sujet: Re: Elevage vs sauvage Aujourd'hui à 8:00

--------------------------------------------------------------------------------

Bonjour à vous

*Les filets de poisson.

Si vous préférez juger par vous-même de la qualité du poisson, il est déconseillé d'acheter des filets.
Les indices mentionnés plus haut disparaissent.
Néanmoins, une odeur prononcée, une teinte jaunâtre ou une chair flasque
doivent éveiller votre méfiance.

*Conservation.

Le choix d'un mode de conservation dépend de votre priorités et de vos goûts, mais aucune des trois conservations présentées ici n'est objectivement meilleure qu'une autre.

*Congélation.

Le poisson éviscéré est congelé une à trois heures après la pêche.
En général, sa durée de conservation ne dépasse pas un an.
Au-delà, le poisson devient sec, prend un goût de réfrigérateur et on assiste à un phénomène d'oxydation des graisses.
De même, il ne faut en aucun cas recongeler le poisson après sa décongélation.

*Fumage.

Cette méthode, une des plus anciennes consiste à saler le poisson et à le faire sécher avant de le fumer.
Il existe plusieurs techniques: l'une, à chaud, utilise une méthode naturelle
(bois et salage au sel sec).
L'autre, à froid, est artificielle et utilise des produits liquides.
Plus répandue, la seconde méthode est aussi plus rentable, mais les papilles ne s'y trompent pas.
Le poisson fumé doit être placé au réfrigérateur et consommé dans les cinq jours.
Et s'il est congelé dans les six mois.

*Conserve.

Cuit puis maintenu dans l'eau ou l'huile, à l'abri de l'air, le poisson se conserve beaucoup plus longtemps en boîte-- jusqu'à quatre ans.
Ses propriétés et ses qualités ne s'altèrent pas.

*Sous-vide.

La mise sous-vide consiste simplement à chasser la quasi-totalité de l'air de la poche plastique qui contient le poisson afin de freiner le développement des germes aérobies.
Ce procédé offre souvent une meilleure tenue de chair que la congélation.
Cuit, fumé et parfois cuisiné au préalable, le poisson sous-vide peut, dans certains cas se conserver jusqu'à trois semaines.

*Demain, du poisson transgénique ?

*Le premier animal transgénique destiné à la consommation est un saumon.
Il pourrait être commercialisé aux Etats-Unis simplement.
Quelques entreprises pressées de vendre ce poisson très rentable-croissance quatre à six fois plus rapide- n'attendent que le feu vert des autorités sanitaires.
Mais le poisson transgénique, s'il s'échappe de son bassin ou de sa cage, met gravement en danger l'environement et notamment la biodiversité, par divers moyens.

*Les poissons peuvent se croiser avec les espèces sauvages apparentées.
Or leur attraction sexuelle est supérieure aux autres, bien que leur progéniture ait une viabilité très réduite.
Ils monopolisent donc les partenaires avec un taux de reproduction moindre, ce qui peut conduire à l'extinction de l'espèce concernée.

*L'amélioration de la croissance de ces poissons augmentent aussi leur besoins quotidiens.
Plus agressifs et plus gloutons que les poissons naturels, ils risquent d'affamer puis d'éradiquer les populations indigènes.

*Les défenseurs de la transgénèse balaient ces attaques d'un revers de la main en évoquant un confinement total du poisson ou sa stérilisation totale.
Cependant, aucune mesure de sécurité ou de stérilisation développée jusqu'à présent n'a empêché les disséminations accidentelles de poissons d'élevages traditionnels.
Or quelques individus seulement suffisent pour mettre en danger toute une population: les dégâts seraient exponentiels.
En vue de séduire l'opinion, les partisans des OGM promettent que le saumon transgénique profitera aux pays pauvres.
Ce type d'argument déjà employé par l'industrie du poisson (voir ce qui est dit sur les crevetes,ne convainc pas les autorités qui attendent toujours la preuve que le poisson transgénique n'est pas dangereux pour la santé humaine et l'environnement.

Remarque: les défenseurs de la transgénèse prérendent sauver "les pays pauvres" grâce au poisson transgénique.

Bon, voilà ce savoir + est terminé, je sais que ça dû vous paraître long, et c'est pourquoi je vous en remerci tous et toutes de m'avoir lu;)
A travers ce livre, j'espère que vous aurez appris et compris le cheminement de ces poissons.


Ce livre en savoir plus sur:
Poissons d'élevage, poissons sauvages, vous pouvez le trouver chez
Edition du Rouergue 2003 par Lionel Austruc.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 16 Déc - 15:17

ton sujet m'a appris beaucoup et super passionnant !!

merci kIM
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
maitredejeu



Nombre de messages : 7050
Age : 60
Date d'inscription : 07/06/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 17 Déc - 9:54

kim a écrit:
Bon, voilà ce savoir + est terminé, je sais que
ça dû vous paraître long, et c'est pourquoi je vous en remercie tous et
toutes de m'avoir lu

Moi je trouve qu'il était complet, et j'engage ceux qui ne l'ont pas lu à le faire et préconise aux autres de le relire de tant en tant
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Aujourd'hui à 18:59

Revenir en haut Aller en bas
 
Poissons d'élevages, Poissons sauvages.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Poissons d'élevages, Poissons sauvages.
» SOrtie feeder mais 100% poissons-chat...snif
» Photos de gros poissons 2010
» Nouvelle implantation des poissons et filets de poissons pour Mars;
» L'élevage des coquillages et des poissons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Actu et conseils Pêche :: Divers :: Libre expression :: Sondages-
Sauter vers: