Actu et conseils Pêche
N'hésitez plus ! L'inscription est anonyme, immédiate et gratuite.

Elle vous permettra de prendre part, vous aussi, aux échanges qui se déroulent sur "Actu et Conseil Pêche".

Vous souhaitez prendre la parole, faire part de vos expériences, donner votre avis, dialoguer avec d'autres passionnés , partager vos informations ?

Alors cliquez sur l'icône "S'enregistrer", en bas au centre de la page que vous avez sous les yeux, puis complétez les quelques informations demandées (pseudonyme, adresse électronique...) : vous pourrez alors venir immédiatement poster sur le forum.

Au plaisir de vous lire .

Actu et conseils Pêche

La pêche à la ligne est comme les mathématiques, en cela que l'on ne peut vraiment jamais l'apprendre
 
AccueilPortailFAQGalerieRechercherS'enregistrerMembresGroupesCalendrierConnexion

Partagez | 
 

 Poissons d'élevages, Poissons sauvages.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Le poisson d'élevage est il de qualité ?
 1 - Oui
 2 - Non
 3 - Parfois
 4 - Sans opinion
Voir les résultats
AuteurMessage
alain 34



Nombre de messages : 1284
Age : 69
Localisation : Montpellier 34
Date d'inscription : 03/06/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 6 Oct - 11:12

je suis avec grand intérét...Merci Kim
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 7 Oct - 11:27

Bonjour à vous

3. Semi-intensif:

Entre nature et culture.

Cette pisciculture de distingue de la pisciculture extensive par un apport plus important de nourriture complémentaire du fait d'une densité plus élevée d'individus.
L'élevage semi-intensif passe par un élevage en enclos, en lagune aménagée ou en bassin de terre.
Il concerne essentiellement des espèces telles que les loups, les daurades, les muges, les anguilles, et les crevettes en zone tropicale.
Autrefois composée de broyats de possons et de crustacés sans valeur marchande.
L'alimentation complémentaire se présente aujourd'hui sous formes de granulés ou de farines dont la composition favorise une crossance importante et rapide.
La qualité de cette nourriture détermine en grande partie celle du poisson élevé.
La composition de l'alimentation, proche de celle employée en élevage intensif, est détaillée dans la partie suivante.

PS: chapitre déjà cité en tout début de livre.

kim.



kim du 22
Multi-pêche




Age : 58
Inscrit le : 24 Fév 2008
Messages : 1481

Sujet: Re: Elevage vs sauvage Aujourd'hui à 10:16

--------------------------------------------------------------------------------

Désolé, j'avais oublier de le notifier.

ntensif* le poisson produit de A à Z
Revenir en haut Aller en bas
dédé



Nombre de messages : 1170
Age : 54
Localisation : 31
Date d'inscription : 18/06/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 7 Oct - 12:59

Merci kim tres intéressant tout cela
Revenir en haut Aller en bas
http://dedbond.wordpress.com/
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 7 Oct - 18:40

Moi aussi je suis passioné par ce sujet

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 7 Oct - 18:51

Salut la Corse bonoutil

à Dédé et Dumé MERCI !

kim.
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 8 Oct - 8:52

Salut à vous bonoutil

*La qualité du poisson d'élevage.

Fraîceur.

1*Quelle que soit l'espèce, le poisson d'élevage est souvent plus frais que le poisson sauvage: dans bien des cas, l'éleveur ne récolte ses poissons qu'une fois qu'il a reçu la commande du commerçant.
De nombreux supermarchés nouent aujourd'hui des partenarias directement avec les éleveurs afin de réduire au maximum les intermédiaires et d'être approvisionnés au plus près de leurs besoins.
Lorsqu'il est issu de la pisciculture, le poisson bénéficie également d'une traçabilité: on sait d'où il vient.
Tout cela est impossible avec le poisson sauvage.
On le pêche sans savoir à l'avance dans quels délais ni par quels chemins il va parvenir dans l'assiette du consommateur.

Bars, daurade et turbot: la saveur sauvage.

2*préfèrent acheter du poisson sauvage, arguant qu'il a le meilleur goût.
Cependant lors d'une dégustation, des consommateurs ont comparés à l'aveugle des bars sauvages et d'élevage.
Les résultats ne montrent pas de préférence significative pour le sauvage.
De même, différencier un turbot d'élevage d'un sauvage s'avère presque impossible.
Idem pour la daurade royale.
Le bar et le turbot se distinguent même par l'obstention du Label Rouge, preuve qu'il est possible de produire de bons poissons d'élevage.
La qualité du turbot français est même saluée par les amateurs les plus avisés, puisque les Japonais en importent.

Salmonidés: saveurs oubliées.

3*En revanche, on peine à retrouver certains goûts authentiques sur des poissons comme la truite et le saumon.
Récemment, une dégustation d'experts consistait à comparer à l'aveugle,
vingt-quatre saumons fumés issus de l'élevage.
Nul besoin d'entrer dans les détails du classement, les goûteurs ont tout simplement trouvé que la plupart des saumons avaient un goût déplorable de rance..."
Rarement la dégustation d'un mets aura été aussi médiocre, voire désagréable.
La bérézina ! " ont déclaré les goûteurs.
Ou est donc passé le goût du saumon qui ravissait nos papilles pour les frandes occasions ?
Le saumon sauvage est devenu presque introuvable aujourd'hui.
Et le bon saumon d'élevage se fait rare.
Son alimentation variée et vivante donne à la chair du saumon sauvage une saveur toute particulière impossible à obtenir en élevage intensif.
Cela dit, nous verrons plus loin qu'il existe du poisson d'élevage de qualité,
et comment le reconnaître (voir Comment acheter un poisson d'élevage savoureux et respectueux de l'environnement.

à suivre:

kim
Revenir en haut Aller en bas
alain 34



Nombre de messages : 1284
Age : 69
Localisation : Montpellier 34
Date d'inscription : 03/06/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 8 Oct - 10:20

Heu et bien moi j'attend la suite...:at'al'heure: hummm
Revenir en haut Aller en bas
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 8 Oct - 19:05

hummm Y a pas que toi qui attend , moi aussi

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Jeu 9 Oct - 11:22

Salut la Corse bonoutil

Salut à vous

Bon ben je continu sur la santé.

*Santé: avantages et risques de l'élevage.

Ceux qui pensaient échapper aux dangers de la vache folle en se rabattant sur les poissos d'élevage ignorent souvent que les farines de viandes d'animaux terrestres ont été utilisées jusqu'en mars 1996;
Elles ont été officiellement interdites en France qu'en novembre 2000.
Les poissons ont aussi longtemps été nourris de sous-produits d'abatoirs comme des rates et des foies, ainsi que des déchets de poissons.
Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

La plupart des poissons d'élevage ne présentent oficiellement aucun risque pour la santé.
Ils ont certes une chair jugée trop grasse pour les spécialistes.
La tentation de les faire fgrandir plus vite et à moindre coût nuit à leur qualité.
Mais leurs garanties sanitaires sont au moins aussi bonnes, si ce n'est meilleur, que celles des poissons sauvages: l'Agence française de sécurité
sanitaire des aliments recommande aux femmes enceintes ou allaitantes de préférer le poisson d'élevage pour éviter les risques toxiques du poisson sauvage.
Cela dit, les méthodes industrielles appliquées à certains salmonidés, par expl, exposent aussi à un réel danger.
Or les pouvoirs publics des pays producteurs, aveuglés par l'appât du gain, laissent faire.

*Le saumon en eau trouble.

On le constate pour les élevages d'animaux terrestres, la concentration d'un grand nombre d'individus sur un espace réduit multiplie les risques de maladies, les saumons n'échappent pas à la règle: la plupart du temps , ils sont littéralement entassés dans leur cage jusqu'à 100 kg/m2) et tombent
facilement malades.
Or dans plusieurs élevages écossais- et sans doute ailleurs-, la prévention
et le traitement contre les maladies consistent en l'injection d'antibiotiques
dans les poissons et, dans l'eau, de composés hormonaux et de produits chimiques dont une très grande quantité contamine le saumon pour se retrouver ensuite dans la chaîne alimentaire.
Il y a de quoi s'inquiéter: les antibactériens véhiculés peuvent être à l'origine de la sélection de souches bactériennes plus résistantes.
L'OMS (organisation mondiale de la santé) met clairement en cause l'élevage:" La fréquence de la résistance de pathogènes dans l'homme peut augmenter à cause de l'utilisation d'antibactériens dans l'aquaculture"
prévient l'organisation.
Malgré ce constat alarmant, les contrôles restent laxistes: il arrive que les cocktails très concentrés utilisés en élevage intensif aillent bien au-delà des quantités autorisées.
Signalons entre autre l'utilisation abusive d'un neuro- insecticide toxique (L'Ivermectine) dont on a trouvé, lors d'un contrôle en 1994, des résidus illégaux dans 11% des saumons d'élevage vendus en grande surface.
Ce contrôle n'a apparemment rien changé puisque, en juin 2000 on décelait encore des traces du produit incriminé jusqu'à quatre fois les niveaux autorisés.

Plus grave: le Dichlorvos, interdit il y a seulement trois ans, est un pesticide à l'origine de tumeurs au pancréas, de leucémies et de cancers du cerveau.
Avant son interdiction, les élevages de saumons écossais utilisaient neuf millions de tonnes de ce très dangereux produit.
Aujourd'hui encore, l'OMS exprime son inquiétude à propos des effets de ce produit.

Malheureusement, nous n'en somes plus au stade de l'inquiétude: la mort d'une vingtaine de personnes au Canada serait à mettre sur le compte des abus de l'élevage intensif.
De l'avis des experts gouvernementaux- pourtant favorables à la production intensive- l'élevage de saumons est à l'origine de cette intoxication mortelle véhiculée par des mollusques: les rejets de l'élevage des saumons auraient favorisé le développement de biotoxines mortelles dans les coquillages que les victimes ont consommés.

*Une couleur superbe.

Cerise sur le gâteau, la nourriture distribuée est additionnée de pigments artificiels (essentiellement de la canthaxanthine) pour donner à ces poissons de batterie la couleur du saumon sauvage- cette pratique existe aussi pour les truites.
Ces produits imitent la teinte rose orangée qu'obtiennent les poissons sauvages en ingérant crustacés et autres algues contenant des pigments colorés.
Mais en plus de maquiller saumons et truites, ces additifs peuvent provoquer des troubles de la rétine s'ils sont consommés à haute dose.
Or une étude récente du Scan, le Comité scientifique de la nourriture animale, révèle que même en respectant le seuil imposé (0,3mg/kg de poids corporel), une forte consommation de canthaxanthine peut conduire à des lésions rétiniennes et provoquer des troubles de la vue.
Une directive de la Commission européenne a donc descider de réduire les teneurs autorisées de canthaxanthine, fixant la dose journalière admissible par les êtres humains à 0,03 mg par kilo de poids corporel.
Cette mesure ne prend effet qu'en 2004 .

PAS CROYABLE MAIS VRAI

kim.
Revenir en haut Aller en bas
alain 34



Nombre de messages : 1284
Age : 69
Localisation : Montpellier 34
Date d'inscription : 03/06/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Jeu 9 Oct - 11:39

Heu ben j'ai déja répondu mais n'est pas affiché

je disais donc plus envie de manger du poisson aprés cette lecture je vais faire un élevage de Tilapias derrière chez moi

Merci Kim
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 17 Nov - 10:48

bonjourr la Corse !

Je vais continuer à vous parler de l'aquaculture, ses effets sur la nature et la société.

*L'illusion du repeuplement.

L'aquaculture a longtemps été présentée comme une solution au problème de la surpêche et de la raréfaction du poisson sauvage.
En réalité, non seulement l'élevage ne repeuple pas les mers ni les rivières, mais en plus il accentue la baisse des ressources qquatiques et, dans bien des cas, pollue l'environnement et gêne les populations des poissons sauvages.
La pisciculture reproduit rapidement les poissons alors pourquoi ne pas introduire de jeunes poissons produits en élevage afin de compenser la disparition de certaines espèces comme le cabillaud ?
La réalité n'est pas aussi simple; avec ce que nous savons des écosystèmes marins, nous aurions une chance infime d'introduire les cabillauds juvéniles au bon endroit, au bon moment et de la qualité nécessaire, pour être sûr que le milieu puisse les recevoir.

Dans ce cas, consommer d'avantage de poissons d'élevage peut-il épargner le poisson sauvage ?
Malheureusement non.
Pour nourrir les poissons d'élevage, on utilise des farines fabriquées à l'aide de poissons sauvages.
Principalement des maquereaux, des sardines, des chinchards et des anchois issus de grandes pêches pélagiques (en haute mer).
Il faut entre 3 et 5 kg d'aliments pour produire 1 kg de bar.
Et 20 kg pour chaque kilo de thon rouge.
Pour une tonne de saumon d'élevage, il faut pêcher jusqu'à trois tonnes de poisson sauvage.
Près de 80% de tous les poissons pêchés par les Norvégiens seraient destinés à nourrir leurs saumons d'élevage ! En moyenne, environ 5 kg de
ces poissons sauvages, une fois réduist en farine, sont nécessaires pour produire seulement 1 kg de poisson d'élevage.
En terme écologique, l'impact de l'élevage intensif de carnassiers serait égal voire supérieur à celui de la pêche.
Or, les recherches pour trouver des substitus végétaux n'ont pas encore abouti.
Des essais de substitution d'aliments par adjonction de produits d'origine végétale, notamment des oléagineux, sont conduits en laboratoire et sont opérationnels dans l'élevage de la truite, mais avec de très faibles taux de réussite.
" De toutes façons, estime Jean-Louis Gaignon, coordinateur de la section poissons à l'Ifremer, une alimentation purement végétale des carnassiers,
ne leur donnera pas les acides gras nécessaires à leur croissance".
Il serait plus sage de développer l'élevage d'espèces herbivores, quitte à
convaincre le consommateur d'acheter du tilapia ou du mulet-- principal herbivore installé sur nos rivages-- dont l'aquaculture à un faible impact écologique.

* Les pollutions du saumon industriel.

La salmoniculture intensive, dans certains fros élevages écossais par expl,
a provoqué quantité de maladies infectieuses nouvelles et anciennes que les pisciculteurs ont tenté de combattre à l'aide de produits chimiques, légaux et illégaux.
Mais ces derniers, en retour, ont agravé la pollution sans pour autant éliminer les maladies qu'ils étaient censés éradiquer.
Ces maladies ont une double conséquence: sur les poissons élevés qui subissent des traitements antibiotiques et sur les poissons sauvages qui passent à proximité.
Les saumons sauvages qui remontent dans les estuaires sont contaminés par les maladies qui se développent dans les élevages.
En effet, les poissons s'échappent régulièrement dans les rivières où ils se reproduisent, contaminent les saumons sauvages et diluent le patrimoine génétique naturel.
En seulement quelques mois de l'année 2000, quatre cent mille saumons d'élevage se sont échappés dans les rivières écossaises où ils sont maintenant plus nombreux que leurs cousins sauvages " !

Par ailleurs, les excès de déchets des poissons d'élevage polluent la nature au même titre que les bouses de vache ou le lisier de porc : effluent
non traités, déchets contaminés, excréments et produits chimiques ont sonné le glas de la vie indigène de nombre de lacs.
La durée de vie d'un saumon élevé de manière intensive ne dépasse pas quinze ans.
Au terme de ce délai, les espaces où il est élevé deviennent si pollués qu'il faut changer d'endroit..

à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 17 Nov - 15:44

Trés bonne initiative , comme d'hab on attend la suite avec impatience

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 17 Nov - 17:21

oui ces fermes a saumon une vraie sources de pollution !!!!!

@+
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 18 Nov - 11:02

bon jour la Corse !



Ce que je vous ai tapé sur mon ordi date depuis l'année 2004, cinq années en arrière.

*Nos crevettes polluent et affament le tiers monde.

Les organismes internationaux présentent la culture de la crevette comme le moyen de répondre à l'insuffisance de la ration en protéines dans le régime alimentaire des pauvres.
Il s'agit en réalité d'un produit de luxe consommé principalement par les riches dans les pays développés.
La Banque mondiale soutient l'aquaculture depuis les années 1970;
Elle a financé des programmes de développement en Indonésie, aux Philippines, en Thaïlande et au Bangladesh.
Dans les années 1980, elle a étendue son soutien à la Chine, à l'Inde, au Brésil, à la Colombie et au Venezuela.
Les populations, alléchées par ces généreuses incitations à l'exportation et intimidées par l'autorité du FMI (fonds monétaire international), ont converti leurs exploitations vivières en élevage intensifs.
Le résultat est catastrophique: en Inde, en Thaïlande, au Bangladesh, la population des élevages de crevettes est si importante que les sites doivent fermer après dix ans d'exploitation en laissant derrière eux un milieu naturel ravagé.
Les habitants de ces régions perdent leurs moyens d'existence, et la pénurie d'eau potable force les familles à émigrer.
La crevetticulture, très présente dans les pays chauds, a causé de gros dégâts.
Elle a notamment éradiqué des centaines de milliers d'hectares de mangrove.
Cet écosystème-forêt côtière- fournit en autre un milieu abrité aux et à de nombreuses autres espèces marines, souvent endémiques.
Le recul des mangroves entraîne une diminution des ressources marines et par la suite des prises réalisées par les petites communautés de pêcheurs.

Mais il y a plus grave: un hectare d'élevage de crevettes nécessite 120 000
m3 d'eau de mer par an,et cette eau s'infiltre directement dans la nappe phréatique ainsi que dans les champs voisins.
La crevetticulture rejette aussi de grosses quantités de déchets dans la nature: on estime que seuls 17% des aliments distribués sont convertis en bio-masse de crevette, le reste étant rejeté.
Résultat, la contamination des nappes phréatiques par l'eau salée provoque une crise majeur dans l'alimentation en eau potable des communautés villageoises des côtes Govindamma, citoyen indien du village des Kuru, dans le canton de Nellore, raconte:"Le village est entouré de tous côtés par des élevages de crevettes.
Nous ne disposons plus d'eau potable alors qu'il y avait naguère neuf puits en service dans la région.
Nous n'habitons plus dans ce village car toutes les maisons se sont effondrées en raison de l'humidité et de la saliné.
Cinq cent familles ont été déplacées.
Des tensions sociales sont suscitées par les firmes d'aquaculture, et des batailles se sont produites avec les villageois entraînant la mort de trois d'entre eux." Les rationnements en eau potable ainsi que la confiscation de terres pour installer des élevages sont à l'origine de ce genre de troubles dans plusieurs pays du tiers monde, que ce soit en Asie ou en Amérique du Sud, comme au Honduras où des communautés villageoises ont été déplacées de leurs zones de culture ou de pêche par les grosses entreprises crevetticoles.
Rappelons qu'avant cela, les agriculteurs qui cultivaient alternativement du riz et des crevettes pouvaient donner du fourrage à leur bétail afin d'en obtenir du lait ainsi que du combustible..
Ils étaient autosuffisants.
Les nombreuses manifestations populaires destinées à regagner cetta autonomie sont pour l'instant restées sans effets significatifs".

Perso: On pourrait dire, incroyable mais vrai .

kim.
Revenir en haut Aller en bas
L'anguille



Nombre de messages : 7262
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mar 18 Nov - 12:29

Merci kim pour ce boulot que tu fais pour nous
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 19 Nov - 10:35

Salut la Corse.

Il est vrai que c'est pas marrant de lire de telles vérités sur en savoir plus.

A présent, je vais vous parler de comment acheter un poisson d'élevage savoureux et respectueux de l'environnement ?

*Si vous souhaitez manger de la bonne truite, pas grasse, très savoureuse, élevée en dix-huit mois au lieu de neuf, nourrie avec des farines de très bonne qualité, c'est possible.
Cependant, il faut accepter de payer plus cher, ou d'en manger moins souvent.
Tous les consommateurs ne sont pas prêts à cela.
Et pour ceux qui l'acceptent, le problème reste entier.
Bien sûr, il existe des entreprises d'aquaculture qui produisent de bons poissons dans d'excellentes conditions.
Mais il faut pouvoir les reconnaître chez les commerçants.
Pour la viande, il existe des labels.
Pour les poissons, la démarche commence tout juste.
Depuis la simple garantie de fraîcheur jusqu'au poisson bio, les différents labels déjà présents sur le marché méritent quelques explications.
On peut distinguer les labels dont la priorité est une meilleure satisfaction des consommateurs, du label bio qui prend également en compte la protection de l'environnement.
Notons enfin que cette liste n'est pas exhaustive et que l'on peut trouver de bons poissons en dehors des labels.

*Les labels de qualité.

Charte interprofessionnelle
"qualité-aquaculture de France"
Cette démarche regroupe à la fois éleveurs, mareyeurs et grossistes.
Elle apporte surtout des garanties de fraîcheur et de sécurité alimentaire.

*Les espèces concernées: truite, bar, daurade, esturgeon, maigre, turbot.

*Quelques critères:

.indique la provenance des poissons garantie par une traçabilité;
.respecter un délai maximal de livraison au vendeur de 72 heures;
.donner une alimentation sans OGM aux poissons;
.accepter un contrôle du cahier des charges par un organisme indépendant agréé par le ministre de l'Agriculture.

Où les acheter: dans la plupart des commerces.

*Label Rouge.

Comme pour les boeufs, les volailles ou le porc, le Label Rouge constitue pour le poisson une marque de qualité, notamment au niveau du goût.

*Les espèces concernées: bar, turbot, saumon frais et fumé.

*Quelques critères:

.respecter une teneur réduite en lipides pour garantir une chair plus savoureuse (moins de 5% pour le bar de Méditerranée);
.soumettre le poisson aux tests gustatifs d'un jury indépendant:
.limiter la densité de poisson par cage: environ deux fois moindre que dans les élevages traditionnels (15 kg par mètre cube d'eau pour certains);
.accepter les contrôles des cahiers des charges par des organismes certificateurs agréés par l'Etat.
Si la priorité du label est la qualité, de nombreux critères non communiqués sur les étiquettes favorisent une meilleure protection de l'environnement.
Où les acheter: Label Rouge est présent dans de nombreux commerces notamment la plupart des supermarchés et des détaillants.

*Certification de conformité produit.

Contrairement au Label Rouge, la certification de conformité produit (CCP) ne garantit pas une meilleure qualité par rapport à un produit traditionnel, mais seulement une meilleure traçabilité.
Les mentions indiquées sur l'étiquette sont vérifiées par un organisme de certification.

*Les espèces concernées:le saumon fraîs de Norvège, le saumon fumé de l'Atlantique.

*Critères:les caractéristiques contrôlées par le CCP changent d'un produit à l'autre.
Un producteur va s'engager sur une alimentation réduite en lipides et colorants, un autre sur un délai maximal entre jour de pêche et conditionnement, un troisième sur la provenance et le recours à des espèces traditionnelles.
Il est donc impératif de bien lire les étiquettes pour savoir quelles sont les mentions contrôlées.
Aucun test gustatif n'est mentionné pour garantir une qualité supérieure.

*Où les acheter: la CCP est présente dans de nombreux commerces, et notamment dans les grandes surfaces.

à suivre:
Revenir en haut Aller en bas
L'anguille



Nombre de messages : 7262
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Mer 19 Nov - 17:03

amen Ouf, heureux de savoir que l'on peut se nourrir Cool
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Ven 21 Nov - 12:52

Bonjour à vous

suite: La pisciculture bio.

*En France, la production de poisson bio en est à ses balbutiements avec cinq élevages de truites, un de saumon et une dizaine d'élevages de bars et de daurades.
Des saumons bio venus d'Ecosse et d'Irlande se vendent également sur le marché français.
L'élevage des truites bio-l'un des premiers en Europe- dans les Landes ainsi qu'en Ariège, est caractéristique.
Elevées plus longtemps (seize mois) et en moins grande quantité, les truites ne sont pas les unes sur les autres; la densité n'est que de 30 kg/m3 en moyenne.
Elles profitent, en outre, d'une nourriture spécifique.
Leurs farines bio sont fabriquées avec des céréales biologiques et des farines de poisson de haute qualité.
Les granulés ne sont pas extrudés mais pressés, ce qui donne une alimentation moins performante (plus de déchets), mais aussi moins grasse.
Aucun colorant n'est utilisé et la chair de la truite est quasiment blanche.
Evidemment, dans ces conditions, l'utilisation d'antibiotiques ou de produits chimiques est limitée au strict nécessaire, voire absente.
Résultat: le poisson bio a meilleur goût et la clientèle est au rendrz-vous.

*Le label AB: agriculture biologique.

Les poissons issus de la pisciculture biologique sont sans doute les moins pollués du marché.
Ils obéissent à des règles strictes concernant l'emplacement des élevages
et la qualité de l'eau.
Le poisson bio revient, 30 à 40% plus cher.

*Les espèces concernées: saumon fumé, truite fraîche et fumée, daurade et bar.

*Qelques critères:

.analyse rigoureuse de l'eau;
.absence de pesticides dans l'eau;
.faible densité par élevage et distance limite entre deux élevages;
.alimentation très contrôlée: exclusivement à base d'ingrédients d'origine marine et de farine végétale 100% bio;
.limitation des antibiotiques aux traitements curatifs indispensables, et pas plus de deux fois dans la vie du poisson.
Le label garantit les pratiques d'élevages, mais pas la qualité supérieure du produit: par expl, aucun test gustatif n'est requis.
Cela dit, des poissons libres de s'ébattre et nourris avec une alimentation de qualité ont de grandes chances de présenter une chair moins grasse et plus savoureuse.

*Où les acheter: dans le réseau des magasins bio, notamment Bonneterre,
Nouveaux Robinsons, Canal bio et Biocoop et chez les détaillants privilégiant la qualité.
Mais aussi dans certaines grandes surfaces: Monoprix, Carrefour, Cora et
Leclerc, entre autres, sont susceptibless de vendre du poisson AB, sachant que la production reste très réduite.

*Les produits bio importés puis certifiés.

Aujourd'hui, il s'agit uniquement de saumon fumé en provenance d'Irlande
et d'Ecosse.
Ce poisson est estampillé "bio", mais ne porte pas le logo AB.
Il offre pourtant une qualité équivalente, tant du point de vue gustatif qu'
environnemental.
Dans ce cas pourquoi le poisson n'obtient pas le label bio français ?
Les exploitations bio écossaises et irlandaises, contrairement aux nôtres, n'ont pas de limite de taille.
Leurs produits sont donc exclus du label AB, jusqu'à nouvel ordre.
En fait, ce dernier est mal adapté: en Ecosse et en Irlande un renouvellement de l'eau beaucoup plus importante-dû à des courants marins plus forts- permet d'élever une quantité supérieure d'individus avec un résultat en vironnemental et qualitatif équivalent.
Soulignons par ailleurs que la densité de poisson- le nombre de kilos de poissons élevés par mètre cube d'eau-n'est pas supérieur dans les élevages bio irlandais ou écossais.

*Espèce concerné:saumon fumé.

*Quelques critères:

.contrôle de la traçabilité: la matière première doit avoir été certifiée bio dans le pays exportateur;
.Les ingrédients ajoutés notamment lors d'une éventuelle transformation en France, doivent eux aussi être bio:
Les saumons doivent être salés au sel de mer sec (salage liquide interdit)
puis fumés au bois non traité (pas de fumage liquide);
.un organisme de certification reconnu par l'Etat vérifie entre autres ces critères avant d'apposer la mention "contrôlé par Ecocert" ou contrôlé par Qualité France".

*Où les acheter:ces saumons se trouvent essentiellement dans les supermarchés et chez les détaillants privilégiant la qualité.

*Les limites du bio.

Le cahier des charges donne parfois une interprétation complaisante du bio.
On peut s'étonner en particulier de voir l'utilisation de souches génétiques
triploïdes (poissons destinés à grandir plus vite) encore tolérée dans certains cas.
Cette nuisance génétique reste la pire source de pollution si l'on se réfère notamment à l'expl du saumon.
Or une production qui ne protège pas l'environnement ne peut être appelée bio.
De même, les farines dites "100% bio" contiennent en réalité 30% d'ingrédients biologiques (notamment des céréales), et 70% de farines de poissons sauvages, ce qui n'a rien d'écologique: cela encourage la pêche
minotière qui épuise nos ressources (voire l'aquaculture) ses effets sur la nature et la société.
Il existe aussi des limites quantitatives au développement du poisson bio.
Celui-ci doit être élevé "dans un espace aquatique faiblement exposé aux risques de pollution inhérents aux activités urbaines, industrielles, non biologiques et agricoles intensives", indique le cahier des charges.
Or, l'un des problèmes majeurs qui risque d'émergés dans les années à venir pour la pisciculture est la pollution du milieu naturel dans lequel on élève les poissons.
En effet, celle-ci est telle que les élevages bio ne pourront s'implanter que dans très peu d'endroits.
Une consommation plus responsable conduit certes à encourager le poisson d'élevage bio, en attendant mieux, mais surtout à modérer notre consommation de poisson pour préserver les ressources de la planète.

à suivre:

kim. :genius1:

BON WEEK !!
Revenir en haut Aller en bas
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Ven 21 Nov - 12:53

Bonjour à vous

suite: La pisciculture bio.

*En France, la production de poisson bio en est à ses balbutiements avec cinq élevages de truites, un de saumon et une dizaine d'élevages de bars et de daurades.
Des saumons bio venus d'Ecosse et d'Irlande se vendent également sur le marché français.
L'élevage des truites bio-l'un des premiers en Europe- dans les Landes ainsi qu'en Ariège, est caractéristique.
Elevées plus longtemps (seize mois) et en moins grande quantité, les truites ne sont pas les unes sur les autres; la densité n'est que de 30 kg/m3 en moyenne.
Elles profitent, en outre, d'une nourriture spécifique.
Leurs farines bio sont fabriquées avec des céréales biologiques et des farines de poisson de haute qualité.
Les granulés ne sont pas extrudés mais pressés, ce qui donne une alimentation moins performante (plus de déchets), mais aussi moins grasse.
Aucun colorant n'est utilisé et la chair de la truite est quasiment blanche.
Evidemment, dans ces conditions, l'utilisation d'antibiotiques ou de produits chimiques est limitée au strict nécessaire, voire absente.
Résultat: le poisson bio a meilleur goût et la clientèle est au rendrz-vous.

*Le label AB: agriculture biologique.

Les poissons issus de la pisciculture biologique sont sans doute les moins pollués du marché.
Ils obéissent à des règles strictes concernant l'emplacement des élevages
et la qualité de l'eau.
Le poisson bio revient, 30 à 40% plus cher.

*Les espèces concernées: saumon fumé, truite fraîche et fumée, daurade et bar.

*Qelques critères:

.analyse rigoureuse de l'eau;
.absence de pesticides dans l'eau;
.faible densité par élevage et distance limite entre deux élevages;
.alimentation très contrôlée: exclusivement à base d'ingrédients d'origine marine et de farine végétale 100% bio;
.limitation des antibiotiques aux traitements curatifs indispensables, et pas plus de deux fois dans la vie du poisson.
Le label garantit les pratiques d'élevages, mais pas la qualité supérieure du produit: par expl, aucun test gustatif n'est requis.
Cela dit, des poissons libres de s'ébattre et nourris avec une alimentation de qualité ont de grandes chances de présenter une chair moins grasse et plus savoureuse.

*Où les acheter: dans le réseau des magasins bio, notamment Bonneterre,
Nouveaux Robinsons, Canal bio et Biocoop et chez les détaillants privilégiant la qualité.
Mais aussi dans certaines grandes surfaces: Monoprix, Carrefour, Cora et
Leclerc, entre autres, sont susceptibless de vendre du poisson AB, sachant que la production reste très réduite.

*Les produits bio importés puis certifiés.

Aujourd'hui, il s'agit uniquement de saumon fumé en provenance d'Irlande
et d'Ecosse.
Ce poisson est estampillé "bio", mais ne porte pas le logo AB.
Il offre pourtant une qualité équivalente, tant du point de vue gustatif qu'
environnemental.
Dans ce cas pourquoi le poisson n'obtient pas le label bio français ?
Les exploitations bio écossaises et irlandaises, contrairement aux nôtres, n'ont pas de limite de taille.
Leurs produits sont donc exclus du label AB, jusqu'à nouvel ordre.
En fait, ce dernier est mal adapté: en Ecosse et en Irlande un renouvellement de l'eau beaucoup plus importante-dû à des courants marins plus forts- permet d'élever une quantité supérieure d'individus avec un résultat en vironnemental et qualitatif équivalent.
Soulignons par ailleurs que la densité de poisson- le nombre de kilos de poissons élevés par mètre cube d'eau-n'est pas supérieur dans les élevages bio irlandais ou écossais.

*Espèce concerné:saumon fumé.

*Quelques critères:

.contrôle de la traçabilité: la matière première doit avoir été certifiée bio dans le pays exportateur;
.Les ingrédients ajoutés notamment lors d'une éventuelle transformation en France, doivent eux aussi être bio:
Les saumons doivent être salés au sel de mer sec (salage liquide interdit)
puis fumés au bois non traité (pas de fumage liquide);
.un organisme de certification reconnu par l'Etat vérifie entre autres ces critères avant d'apposer la mention "contrôlé par Ecocert" ou contrôlé par Qualité France".

*Où les acheter:ces saumons se trouvent essentiellement dans les supermarchés et chez les détaillants privilégiant la qualité.

*Les limites du bio.

Le cahier des charges donne parfois une interprétation complaisante du bio.
On peut s'étonner en particulier de voir l'utilisation de souches génétiques
triploïdes (poissons destinés à grandir plus vite) encore tolérée dans certains cas.
Cette nuisance génétique reste la pire source de pollution si l'on se réfère notamment à l'expl du saumon.
Or une production qui ne protège pas l'environnement ne peut être appelée bio.
De même, les farines dites "100% bio" contiennent en réalité 30% d'ingrédients biologiques (notamment des céréales), et 70% de farines de poissons sauvages, ce qui n'a rien d'écologique: cela encourage la pêche
minotière qui épuise nos ressources (voire l'aquaculture) ses effets sur la nature et la société.
Il existe aussi des limites quantitatives au développement du poisson bio.
Celui-ci doit être élevé "dans un espace aquatique faiblement exposé aux risques de pollution inhérents aux activités urbaines, industrielles, non biologiques et agricoles intensives", indique le cahier des charges.
Or, l'un des problèmes majeurs qui risque d'émergés dans les années à venir pour la pisciculture est la pollution du milieu naturel dans lequel on élève les poissons.
En effet, celle-ci est telle que les élevages bio ne pourront s'implanter que dans très peu d'endroits.
Une consommation plus responsable conduit certes à encourager le poisson d'élevage bio, en attendant mieux, mais surtout à modérer notre consommation de poisson pour préserver les ressources de la planète.

à suivre:

kim.

Passez un bon week-end !!
Revenir en haut Aller en bas
L'anguille



Nombre de messages : 7262
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Ven 21 Nov - 13:44

Vive la pisciculture bio olla mais que vive aussi le poisson dans son milieu naturel
Revenir en haut Aller en bas
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Ven 21 Nov - 20:18

en un seul mot : halucinant !!

@+
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Sam 22 Nov - 9:31

L'anguille a écrit:
Vive la pisciculture bio olla mais que vive aussi le poisson dans son milieu naturel

Entièrement de ton avis l'anguille.

Il faudrait un renouveau naturel de façon à faire revivre la faune et la flore
et permettre à la nature par elle même de retrouver un véritable équilibre
qui puisse agir sur la vie aquatique et nos poissons.

kim.
Revenir en haut Aller en bas
Dumè
Admin


Nombre de messages : 17185
Age : 61
Localisation : Corse du Sud
Date d'inscription : 05/12/2005

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Sam 22 Nov - 16:09

Rien à ajouter , je suis de votre avis

_________________
Bienvenue Invité .
Nous croyons regarder la nature et c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne.
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-en-corse.discutfree.com
KIM DU 22



Nombre de messages : 1300
Age : 66
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 1 Déc - 17:27

Sujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages. Aujourd'hui à 12:26

--------------------------------------------------------------------------------

Bonjour la Corse

100/100 avec toi Julien

Quant à the-whitetiger, les dessous de table ont toujours existé, la preuve tu nous l'as bien expliqué

Et pourtant, je vais continuer à vous faire part de, est-ce que le poisson sauvage est-il toujours de qualité ?

Article de 2003-2004.

*Un trésor de nutrition.

*Le poisson possède de grandes qualités nutritionnelles pour le coeur, le tonus ou la ligne.

*Le tonus.

Tout comme la viande, le poisson représente d'abord une source de protéines: en moyenne 18 à 20 pour 100 g.
Celles -ci renferment toutes les acides aminées essentiels.
Elles sont donc parfaitement utilisées par l'organisme pour la croissance et le renouvelement des cellules.
Autre atout du poisson: son fer, souvent déficitaire dans l'alimentation des jeunes enfants, des femmes qui suivent un régime restrictif ou des végétariens.
D'origine animale (come celui de la viande, encore une fois, le fer contenu dans le poisson est très bien assimilé par l'organisme.
A portion égale, le poisson remplace parfaitement la viande dans les menus.


*La ligne.

Si vous surveillez votre poids, privilégiez le poisson.
Il s'agit d'un aliment à haute densité nutritionnelle.
Il est à la fois peu calorique, généralement pauvre en lipides (graisses) et bien pourvu en protéines et en micro-nutriments utiles.
L'apport calorique du poisson est directement lié à la teneur en graisse.
Or, on consomme beaucoup de poissons dits "maigres" (moins de 3/100
de lipides) ou "demi-gras" entre 3 et 6/100 de lipides) qui n'apportent pas
plus de 80 à 120 kilocalories par 100 g (poids net).
Même les poissons "gras" (6 à 10% de lipides le plus souvent, soit moins qu'une viande mi-grasse !) dépassent rarement 130 à 150 kilocalories.

Outre le fer, le poisson fournit également des quantités importantes de minéraux : entre autres du phosphore, composant essentiel des os, du zinc
et du cuivre, qui jouent un rôle vital pour l'organisme.
Il apporte aussi des oligo-éléments très variés (fluor, sélénium, cobalt, manganèse) et des vitamines en quantité, notamment du groupe B.

*Le coeur.

La consommation de poisson diminue la survenue de maladies cardio -vasculaires.
Pour cela, il est nécessaire de manger du poisson gras des mers froides (saumon sauvage, maquereaux, harengs, thons...) deux à trois fois par semaine, en raplacement de la viande.
Les graisses de ces poissons sont constituées surtout d'acides gras poly-insaturés, très utiles à la santé humaine car ils assurent le bon état des membranes cellulaires et aident à abaisser le cholestérol sanguin (notamment) le cholestérol LDL, "mauvais" cholestérol) tout en préservant le "bon" cholestérol HDL;
On y trouve aussi des acides gras très spécifiques et essentiels appelés "oméga 3".
Ils favorisent la fluidité du sang, et préservent le bon état des vaisseaux sanguins.

*Contrôles vétérinaires et signes de qualité.

La qualité sanitaire du poisson n'a jamais été surveillée d'aussi près.
Dès son débarquement, la pêche est systématiquement examinée, quelle
que soit sa provenance.
Non seulement par les services vétérinaires qui trient les pièces en fonction de leur catégorie de fraîcheur (dans l'ordre:
Extra. A puis B) et saisissent les << non admissibles à la consommation <
Mais aussi par certaines associations de producteurs ou labels (voir fraîcheur et qualité: comment acheter un bon poisson, qui sélectionnent les meilleurs poissons et écartent les autres notamment ceux abimés par la pêche intensive.

à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
CYRILUS



Nombre de messages : 5092
Age : 38
Localisation : Gard
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Lun 1 Déc - 18:21

de bonne indications pour la santé

merci kim

@+
Revenir en haut Aller en bas
http://traditions.peche.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poissons d'élevages, Poissons sauvages.   Aujourd'hui à 5:58

Revenir en haut Aller en bas
 
Poissons d'élevages, Poissons sauvages.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Poissons d'élevages, Poissons sauvages.
» SOrtie feeder mais 100% poissons-chat...snif
» Photos de gros poissons 2010
» Nouvelle implantation des poissons et filets de poissons pour Mars;
» L'élevage des coquillages et des poissons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Actu et conseils Pêche :: Divers :: Libre expression :: Sondages-
Sauter vers: